Estelle LEBRUN, 2H.H.4B.5B.6B.7B.8B, 750 x 1100 mm, 2014-2015.







Estelle Lebrun

« Sur la trajectoire de paysages à l’épreuve du dessin – De la perception à l’ère des nouvelles technologies » 


 

Dans le cadre du projet de recherche doctorale en art et sciences de l'art (Ecole Doctorale 20) 

 

Vernissage le lundi 21 septembre a? partir de 18h00

50°49'19.50''N 4°21'25.53''E

Galerie de l’erg – rue du Page, 87 – 1050 Bruxelles 


 


 

Axé sur la matière vivante qui se profile à l’horizon, au sein d’un « espace conçu comme champ de l’expérience humaine », ce projet se concentre sur les intervalles choisis entre le ciel et la terre en conciliant le paysage réel et le paysage comme invention artistique. L’objectif premier est de questionner par de nouvelles productions plastiques ce que peut être un paysage aujourd’hui observé et dessiné ; concilier celui qui dessine avec son homologue le vivant par la réintégration humaine de données que les technologies externalisent.

 

L’exploration d’un milieu singulier où coexistent objet et sujet ouvre à la mesure par le crayon des écarts inhérents à toute relation co-construite sur la trajectoire qui mène l’être humain et sa réalité du monde ambiant qui lui est propre, à la complexité d’une réalité fragmentée par essence – le fragment répétant à l’infini les conditions de possibilités de la saisie de paysages déchirés dès l’origine par ses cicatrices (géologiques notamment) successives.